Vous êtes ici

Pour éviter le FBSS, posons les bonnes indications chirurgicales dès le départ !

Congrès de la SFCR 2018

Le Pr Allain commence cette table ronde sur le Failed Back Surgery Syndrome (FBSS) en remettant au centre des discussions, concernant le FBSS, l’indication chirurgicale initiale. En effet, pour éviter l’échec chirurgical, la première des choses est de poser la bonne indication opératoire. Son propos est décliné en quatre points :

  • il est, tout d'abord, nécessaire d’opérer le bon patient : adapter l’indication au terrain, aux facteurs psychosociaux, dépister les demandes fonctionnelles irréalistes et toujours vérifier que le traitement médical complet a été entrepris ;
  • ensuite, il faut opérer au bon moment : ne pas aller trop vite vers la chirurgie, avoir exploré les autres thérapeutiques moins iatrogènes, mais ne pas non plus trop attendre et laisser une situation de douleur chronique s’installer ;
  • il est nécessaire, ensuite, d’opérer la bonne pathologie : c’est-à-dire celle pour laquelle une ou plusieurs interventions ont démontré une efficacité !. Il est donc impératif de disposer d’un bilan complet préopératoire, sans négliger les radiographies en charge et dynamiques, afin de pouvoir étudier l’équilibre sagittal pour toute pathologie mécanique ;
  • le dernier élément indispensable avant toute chirurgie rachidienne est de choisir la solution chirurgicale adaptée, c’est-à-dire de savoir anticiper les difficultés de la procédure à venir.

En conclusion, le chirurgien doit apprendre à connaître ses limites, avoir une tête bien faite et des mains habiles. Une mauvaise indication chirurgicale initiale, une indication mal posée ou un choix de procédure inadaptée déboucheront sur un FBSS…


Brève rédigée par le Pr Kévin Buffenoir (neurochirurgie, CHU de Nantes)
D’après la communication du Pr J. Allain (chirurgien du rachis, Paris) « Justesse de l’indication initiale »