Vous êtes ici

Un exosquelette pour retrouver la mobilité chez les patients tétraplégiques

Congrès de la SFNC 2018

Le Pr AL Benabid a présenté lors de la séance plénière du 28 mars les avancées de son système d’interface homme machine pour permettre aux patients tétraplégiques de regagner une mobilité. Une étude incluant 5 patients tétraplégiques équipés d’implants cérébraux communiquant et activant un exosquelette est en cours dans les locaux de Clinatec à Grenoble. Cette étude est partie du constat que chez le patient tétraplégique persiste une activité cérébrale identique dans le cortex moteur et que l’information n’est pas transmise puisque la communication cerveau moelle est rompue. C’est en mettant au point un système d’implant fonctionnant sur des algorithmes traduisant l’activité cérébrale qui donnent ensuite des ordres voulus à l’exosquelette. Il s’agit d’un système de deux implants de 5 cm de diamètre chacun dotés de 64 électrodes qui est apposé en extradural en regard du cortex moteur et sensitif (zones délimitées à l’aide d’IRMf et MEG préopératoires). C’est par la détection du signal spécifique selon la volonté de mouvement du patient tétraplégique communique avec l’exosquelette qui réalisera alors le mouvement. Un patient est actuellement implanté depuis le mois de juin et les essais réalisés sont très prometteurs : le patient arrive à guider l’exosquelette lors de la marche et même pour des mouvements précis de la main. Et lorsque le patient ne s’entraine pas dans l’exosquelette il s’entraine à domicile avec un avatar.

En quelques semaines le patient est parvenu à guider l’exosquelette de manière très précise. Cela marque une avancée majeure dans l’espoir de faire retrouver une mobilité aux patients tétraplégiques.   


Brève rédigée par le Dr Aurélie Leplus.
D’après la communication du Pr A-L Benabid (Le Brain Computer interface (BCI)).