Vous êtes ici

Douleurs pelviennes

Ci-dessous la liste des thématiques abordées dans les différentes revues de presse. Cliquez sur une thématique pour accéder à la liste des analyses.

  • La stimulation du cône médullaire pour le traitement des névralgies pudendales réfractaires : une étude prospective de 27 cas consécutifs

    [[{"fid":"65","view_mode":"full","fields":{"format":"full","field_file_image_alt_text[und][0][value]":"","field_file_image_title_text[und][0][value]":""},"type":"media","attributes":{"height":"131","width":"101","class":"media-element file-full"}}]]

    Référence

    Spinal cord stimulation of the conus medullaris for refractory pudendal neuralgia: A prospective study of 27 consecutive cases.

    Buffenoir K, Rioult B, Hamel O, Labat JJ, Riant T, Robert R.
    Neurourol Urodyn 2013 Nov 19.

    Introduction

    Trente pour cent des patients souffrant de névralgie pudendale par compression du nerf honteux ne sont pas ou peu soulagés par la chirurgie de décompression de ce nerf. L'objectif de cette étude est d’évaluer l'efficacité de la stimulation du cône médullaire chez des patients atteints névralgie pudendale réfractaire.

    Méthodes

    Une étude prospective a été menée — dans deux centres d’une même ville — visant à décrire les résultats obtenus sur la douleur périnéale et le handicap fonctionnel chez tous les patients implantés au niveau du cône médullaire dans le traitement d’une névralgie pudendale réfractaire. Après discussion multidisciplinaire 27 patients consécutifs ont été inclus entre mai 2011 et juillet 2012. Le suivi moyen était de 15 mois. La mise en place de l’électrode de stimulation était suivie d'une période d'essai — d'une durée moyenne de 13 jours — avant de décider de l'implantation définitive. Les scores EVA de douleur périnéale — moyen et maximum — ainsi que les durées sans douleur ont été comparées lors de la phase d’essai puis à long terme. L'amélioration, en pourcentage, a été évaluée à long terme.

    Résultats:

    Vingt des 27 patients étaient considérés comme répondeurs à cette stimulation du cône médullaire et 100% d’entre-eux demeuraient répondeurs à long terme avec, en moyenne, un triplement du temps assis et une diminution de 55,5 % de l’EVA.

    Discussion et Conclusion:

    La stimulation du cône médullaire est une technique sûre et efficace dans le traitement à long terme des névralgies réfractaires pudendales. L'utilisation systématique de cette technique, qui n'a jamais été rapportée dans la littérature dans ce type de patient, doit dorénavant être validée par une étude à plus grande échelle.

    Commentaire:

    Cette belle étude des équipes nantaises vient confirmer les résultats encourageant de deux cas rapportés1,2 dans le traitement par stimulation du cône médullaire de la névralgie pudendale réfractaire. On ne déplore pratiquement aucune complication hormis un déplacement d’électrode et une infection durant la phase test. Les « 100% » de répondeurs à long terme parmi les patients implantés peuvent paraître suspects mais se conçoivent sans doute sur une période de suivie moyen de seulement 15 mois [10-24] avec un nombre restreint de patients. A noter que la majorité de ces électrodes étaient monocolonnes (18/27) et ont ainsi pu être mises en place sous anesthésie locale avec stimulation peropératoire. Cette confirmation clinique peropératoire n’a pas dispensé les auteurs de réaliser, pour chacun de ces patients, une IRM spinale préopératoire afin de vérifier l’étage vertébral du cône.

    rédigée par Marc Lévêque

     1. Reichart R, Kuhn SA, Vogel I, et al. [Spinal cord stimulation at the level of the conus medullaris : treatment option for therapy-resistant postoperative neuralgia of the pudendal nerve]. Schmerz 2009;23(6):640-4.

     2. Rigoard P, Delmotte A, Moles A, et al. Successful treatment of pudendal neuralgia with tricolumn spinal cord stimulation: case report. Neurosurgery 2012;71(3):E757-62; discussion E763.

    Catégorie: