Vous êtes ici

Stimulation sous-cutanée (SSC)

Ci-dessous la liste des thématiques abordées dans les différentes revues de presse. Cliquez sur une thématique pour accéder à la liste des analyses.

  • La stimulation sous-cutanée dans le traitement d'appoint de la stimulation médullaire dans la prise en charge des radiculalgie et lombalgie : une étude de faisabilité.

    [[{"fid":"64","view_mode":"full","fields":{"format":"full","field_file_image_alt_text[und][0][value]":"","field_file_image_title_text[und][0][value]":""},"type":"media","attributes":{"height":"237","width":"180","class":"media-element file-full"}}]]

    Référence :

    Hamm-Faber T.E., Aukes H.A., de Loos F., Gültuna I. 2011. Subcutaneous Stimulation as an Additional Therapy to Spinal Cord Stimulation for the Treatment of Lower Limb Pain and/or Back Pain: A Feasibility Study. Neuromodulation 2012; 15: 108–117

    Adresse :

    Centre de traitement de la douleur de l’Hôpital Albert Schweitzer à Dordrecht et à Rotterdam, Pays-Bas,

    Mots-clés :

    Douleur chronique, FBSS, lombalgie, neuromodulation, douleur neuropathique, stimulation des nerfs périphériques, stimulation sous-cutanée

    Objectif :

    Cette étude se propose de démontrer l'efficacité de la stimulation sous-cutanée (SSC) comme traitement d'appoint des patients souffrant de douleurs chroniques des suites d’une chirurgie du rachis (FBSS) et pour qui la stimulation médullaire (SM) a échoué dans le soulagement de la lombalgie.

    Matériels et méthodes :

    Les patients concernés présentaient des douleurs chroniques suite à une chirurgie du rachis (FBSS) et les thérapies conventionnelles ont échoué. Dans un premier temps, la SM a été mise en place afin d’évaluer la suppression de la radiculalgie et de la lombalgie. Lorsque la SM seule était insuffisante dans le traitement des douleurs lombaires, des électrodes de SSC ont été placés superficiellement au niveau lombaire, directement au centre de la zone algique. Un générateur d'impulsions a été implanté chaque fois que les patients ont mentionné une diminution des douleurs supérieure à 50% lors de cette période d'essai. L’intensité de la douleur pour les membres et les douleurs lombaires a été évaluée séparément, en utilisant une échelle visuelle analogique (EVA). La douleur et l'incapacité, évaluées sur la « Quebec Back Pain Disability Scale » (QBPDS) après 12 mois de traitement ont été comparées avec la douleur et la QBPDS initiales.

    Résultats :

    Onze patients, cinq femmes et six hommes (âge : 51 ± 8 ans), chez qui la SM seule était insuffisante dans le traitement des lombalgies ont été inclus. Dans neuf cas, les électrodes de SSC utilisées en combinaison avec la SM ont permis de traiter les radiculalgies et les lombalgies. Dans deux cas la SSC a été utilisée seule pour traiter les lombalgies. La SM a considérablement réduit la douleur de la radiculalgie après 12 mois [VAS (initial): 62 ± 14 vs VAS (+12m): 20 ± 11, p = 0,001, N = 8]. La stimulation sous-cutanée a significativement réduit la lombalgie après 12 mois [VAS (Initial): 62 ± 13,0 vs VAS (12m): 32 ± 16; p = 0,0002, N = 10). La médication contre la douleur a pu être réduite de plus de 70%. La QBPDS a été améliorée, passant de 61 ± 15 à 49 ± 12 (p = 0,046, N = 10)]. En outre, deux patients ont pu retourner au travail.

    Conclusion :

    La stimulation sous-cutanée semble être un traitement efficace dans la lombalgie chronique des patients atteints de FBSS et pour qui la SM seule est insuffisante pour soulager leurs symptômes douloureux.

    Commentaire :

    La couverture des lombalgies par la stimulation de la moelle épinière est souvent difficile à obtenir, même si la situation s’améliore avec l’avènement des électrodes de type « 5-6-5 ». Cette étude, qui s’ajoute à d’autres, démontre l’efficacité de combinaison SM et SSC dans le traitement des lombalgies. Le travail de l’équipe néerlandaise d’Hamm-Faber, bien conçu quoique portant sur une petite population, démontre qu’une réduction des lombalgies mais aussi une diminution de la médication et de l’invalidité sont possibles. De nouvelles études, à plus grande échelle cette fois, devraient nous aider à davantage comprendre les mécanismes et à mieux cerner les indications de l’usage combiné de la SM et de la SSC.

    rédigée par Marc Lévêque

    Catégorie:
  • La stimulation nerveuse périphérique sous-cutanée (PNFS) dans le traitement de la lombalgie chronique : une étude multicentrique prospective

    [[{"fid":"64","view_mode":"full","fields":{"format":"full","field_file_image_alt_text[und][0][value]":"","field_file_image_title_text[und][0][value]":""},"type":"media","attributes":{"height":"237","width":"180","class":"media-element file-full"}}]]

    Référence :

    Kloimstein H, Likar R, Kern M, Neuhold J, Cada M, Loinig N, Ilias W, Freundl B, Binder H, Wolf A, Dorn C, Mozes-Balla EM, Stein R, Lappe I, Sator-Katzenschlager S. Peripheral nerve field stimulation (PNFS) in chronic low back pain: a prospective multicenter study. Neuromodulation 2013 Dec 9.

    Introduction :

    L'objectif de cette étude était d'évaluer l'efficacité à long terme et l’innocuité de la stimulation des nerfs périphériques (PNFS) dans le traitement de la lombalgie chronique.

    Méthode :

    Il s’agit d’une étude observationnelle prospective multicentrique pour laquelle 118 patients ont été inclus dans 11 centres suisses et autrichiens. Après une première visite d’inclusion, tous les patients ont bénéficié d'une période de stimulation d'essai d'au moins sept jours avant l'internalisation du neurostimulateur. Les électrodes ont été placées dans les tissus sous-cutanés lombaire dans la région la plus douloureuse. Cent cinq patients ont été finalement été implantés. La douleur (VAS) et les niveaux fonctionnels ont été mesurés avant l'implantation puis un, trois et six mois après l'implantation. Les événements indésirables, l'utilisation de médicaments, la couverture de la zone douloureuse ainsi que la valeur prédictive de la stimulation nerveuse électrique transcutanée (TENS) ont été suivis.

    Résultats :

    Les évaluations de douleur et de qualité de vie ont montré une amélioration statistiquement significative suite à la PNS. Il s'agit notamment de la VAS, du questionnaire d’Oswestry, de l'index de Beck pour la dépression (BDI) ainsi que du questionnaire de santé dit « Short Form-12 ». En outre, l'utilisation des opioïdes, des médicaments anti- inflammatoires non stéroïdiens et des anticonvulsivants étaient nettement moindres. Une complication nécessitant une intervention chirurgicale a été observée chez 9,6% des patients. Le degré de couverture des zones douloureuses semble être un critère important pour l'efficacité de la PNFS en revanche il apparaît que la TENS soit peu prédictive.

    Discussion et conclusion :

    Les auteurs de cette étude multicentrique prospective concluent en confirmant l’efficacité de la PNFS dans le traitement de la lombalgie chronique et que les complications sont minimes.

    Commentaire :

    Ce travail des équipes de Bern, Vienne et d’Innsbruck confirme, sur un effectif important de patients, les récents résultats encourageants1-3 — mais encore fragiles — de la PNFS dans le traitement de la lombalgie chronique rebelle au traitement médicamenteux. La limite majeure de cette étude — et des travaux précédents — réside dans l’absence de groupe de contrôle et le fait qu’il s’agit d’un essai réalisé en ouvert.

    rédigée par Marc Lévêque
     

    1.Verrills P, Vivian D, Mitchell B, et al. Peripheral nerve field stimulation for chronic pain: 100 cases and review of the literature. Pain Med 2011;12(9):1395-405.
    2. McRoberts WP, Wolkowitz R, Meyer DJ, et al. Peripheral nerve field stimulation for the management of localized chronic intractable back pain: results from a randomized controlled study. Neuromodulation: Journal of the International Neuromodulation Society 2013;16(6):565-75.
    3. Yakovlev AE, Resch BE, Yakovleva VE. Peripheral nerve field stimulation in the treatment of postlaminectomy syndrome after multilevel spinal surgeries. Neuromodulation: Journal of the International Neuromodulation Society 2011;14(6):534-8; discussion 538.

    Catégorie: